icon_facebook_grey.png

  • liberez heros interieur
  • passiongagnante
  • modeles

Adoptez le fighting spirit, l'esprit de combativité, et devenez inarrêtable.

Le terme n'est pas très populaire sur google, peut être parce que l'attitude qu'il décrit n'est pas très à la mode ?
Mais est ce vraiment étonnant à une époque ou le défaitisme semble en avoir contaminé plus d'un, comme un virus dévastateur.

De quoi est ce que je parle ? Du figthing spirit, l'esprit de combativité. Celui qui vous fait vous relever après être allé au tapis en disant à votre adversaire "c'est tout ce que tu as dans le ventre" ?

Le figthing spirit c'est cette détermination farouche à aller de l'avant quoi qu'il arrive, tout en étant prêt(e) à payer le prix.

Mais ce sont plutôt les mots zen, bien-être et no stress, qui occupent le devant de la scène. Le fighting spirit pourrait sembler ne pas avoir sa place.Mais rien ne serait moins vrai.

Certaines attitudes comme "vouloir être le meilleur", ou l'esprit de compétition ne sont pas très bien vues. Des valeurs comme la coopération ou le travail d'équipe ont meilleures presse. Mais n'en déplaise à beaucoup cela peut aussi être une excuse pour masquer la peur de l'adversité ou de la confrontation.

Ou alors on emploie plutôt les termes de résilience et de persévérance. La résilience est un terme emprunté à la métallurgie pour définir la capacité d'un métal à retouver sa forme originale après avoir subit une pression importante. La persévérance induit bien cette notion de continuité de l'effort mais n'implique pas clairement la notion d'adversité et de lutte.

Le figthing spirit est moins glamour, il est plus synonyme de sueur, de dents cassés et de testostérone. Et c'est sûr que là, on ne fait pas dans la guimauve.

Il existe un saine aspiration en chacun de nous à se transcender et à exceller. La compétition devient alors un prétexte, une raison pour donner le meilleur de soi même.

Et puis je ne vous apprend rien, la vie n'est pas que douceur, et les rapport humains, pas toujours une douce conversation bienveillante, parsemée de hugs (prendre dans les bras) et de rires. Nous avons tous eu à affronter une adversité brutale ou nous avons du puiser dans nos trippes pour faire face. Et ceci, n'en déplaise aux vendeurs de méthodes "simples et efficaces en 2 ou 3 étapes" qui sont censées nous apporter le bonheur éternel.

Cet esprit de lutter et de conquête répond aussi à notre besoin humain fondamentale d'importance "significance" (le leader du développement perosnnel Anthony Robbins distingue 6 besoins humains fondamentaux. La process communication quand à elle parle des 12 besoins psychologiques, qui peuvent rentrer chacun dans l'un des 6 besoins humains). Nous avons tous besoin de nous sentir important et de compter. C'est une façon d'affirmer notre unicité.

Et même si vous souhaitez dédier votre vie aux autres, "Etre le meilleur" vous permettra d'aider plus, d'aider mieux. Le problème c'est quand un individu se sert de son pouvoir SUR les autres, pour les asservir ou les utiliser. Mais développer son pouvoir POUR les autres (et pour soi aussi bien sûr) est absolument louable.

Le terme fighting spirit est souvent associé aux irlandais. On le retrouve beaucoup dans le rugby, mais il a sans doute des origines plus anciennes liées à l'histoire douloureuse de l'Irlande. Mais il peut être revendiqué par tous ceux qui luttent et ne s'avouent pas vaincus, et même quand il n'y a plus d'espoir parce que cela fait parti de leur tempéramment, de leur caractère, ou tout simplement parce que c'est devenu une nécessité absolue.

En général le fighting spirit sera notre dernière énergie disponible au coeur de l'adversité. Quand l'inspiration ne sera plus là, quand le plaisir de faire ce que vous faite aura peut être disparu aussi, et même quand la foi vous aura abandonnée, il restera en vous cette pure énergie de survie, ce refus d'abandonner, qui avec l'énergie du désespoir vous permettra d'accomplir des miracles.
Dans ce contexte là, la phrase de Niestche "ce qui ne me tue pas me rend plus fort", prendra tout son sens.

Mais attention le "fitghing spirit" n'est pas un "destroying" spirit, un esprit de destruction. Il existe un "bon comba"t, qui aide et qui élève. Le terme est cher à Paolo Coelho et à ses Guerriers de lumière. Comme il à raison :-)...

 

A votre succès,

Frédéric,

PS : Si vous êtes engagé(e)s dans un changement professionnel important, et que malgré vos efforts vous n'y arrivez pas. Vous devriez cliquer ici

Et si cet article vous a plu cliquez sur "j'aime" et partagez le. Vous pouvez aussi le faire suivre par mail ou l'imprimer pour pouvoir y revenir plus facilement.

Frédéric ARRON

frederic arron coach perso guadeloupe

  • 97122 BAIE-MAHAULT
  • Guadeloupe
  • Tél. 0690 76 16 15
  • Mentions légales
  • Plan du site