icon_facebook_grey.png

  • Frédéric Arron
  • liberez heros interieur
  • passiongagnante

Psychologie - Ce sont nos croyances qui nous font souffrir...

images/nos-croyances-nous-font-souffrir.jpg

Voilà une déclaration qui peut sembler bien audacieuse. Et pourtant? Et si c'était vraiment nos fausses croyances sur nous et le monde qui étaient à la racine de nos souffrances? Pour les boudddhistes, la souffrance est causée par une combinaison de désir, d'illusion et d'attachement. Mais souvent c'est l'attachement qui ressort comme cause principale. Ce principe est d'ailleurs repris dans la saga, la guerre des étoiles quand maître Yoda (le petit homme vert), Jedi parmi les Jedi (les Jedis sont des genres de samourai spirituels de l'espace) dit :" l'attachement conduit à la peur. La peur mène au côté obscur de la force (léquivalent du mal) ". Pour les ultra-libéraux, quand à eux,  la souffrance est crée par...

le manque de dollars, de paires de chaussures, ou de Coca Cola ou de thé vert au giseng, ou d'enfants à exploiter dans des mines en Afrique (je plaisante...ou pas d'ailleurs)!
Prenons l'exemple d'une rupture amoureuse. Qu'est-ce qui fait vraiment mal? Techniquement ce n'est pas le fait de ne pas recevoir de coups de fils, de caresse, ou de marque d'affection. Si c'était le cas, on ressentirait la même douleur pendant une relation...en l'absence de ces composantes. Hors aussi amoureux que l'on soit...on ne souffre pas, dès que l'on raccroche le téléphone ou que l'on n'est pas l'objet exclusif de l'attention de l'être aimé.  Ce qui nous fait nous sentir bien, c'est la certitude d'aimer et d'être aimé, et le fait d'aimer en soi. Ce qui nous fait nous sentir mal, c'est la croyance que nous sommes rejetés, pas assez bien , ou destinés à la solitude.
au risque d'être cynique réfléchissons à ceci. Si vous aviez la certitude, après une rupture amoureuse, qu'une personne réunissant toutes les qualités qui vous font craquer allait apparaître dans votre vie, et vous donner tout l'amour dont vous rêvez, souffrireriez-vous vraiment?
La rupture amoureuse fait certainement ressortir nos plus grandes peurs et angoisses, mais ultimement ce sont nos pensées (les croyances sont des pensées qui ont été activées tellement de fois et avec tellement d'intensité que nous en avons fait notre réalité).

Voilà des exemples de croyances qui activées par une séparation nous font tellement mal :
- Je ne suis pas assez bien, jeune, fort, séduisant ou autre...
- Je ne trouverai jamais une personne qui me convienne, et je resterai tout le temps seul(e)
- mes belles années sont perdues à jamais
- le meilleur est derrière maintenant

Certaines autres croyances sont plus subtiles..comme :
- j'ai besoin qu'une personne se comporte d'une façon spécifique pour que je sois heureux ou heureuse.
- Je plais de moins en moins et mes chances de bonheur diminuent
- mon bonheur dépend de circonstances que je ne maîtrise pas (comme rencontrer la bonne personne par exemple)
- J'ai finalement de très faibles chances d'être heureux
- J'ai fait telle ou telle erreur dans mon pensée qui me rend impossible l'accès au bonheur.
- Le comportement des autres envers moi est une preuve de ma valeur. S'ils s'éloignet de moi c'est que je suis nul

Bon après cette séquence dépression...concentrons nous sur des croyances ou des pensées, qui au contraire pourraient vous faire vous sentir vraiment bien...comme :
- J'ai une valeur illimitée
- je peux, être, faire, avoir ce que je veux vraiment
- je crois que que je ferai une remcontre merveilleuse
- la vie me réserve plein d'agréables surprises
- le meilleur est à venir pour moi
- ne serait-ce pas merveilleux si je rencontrais une personne que j'aime et qui m'aime et que nous soyons heureux ensemble.
- ne serait-ce pas merveilleux si je rencontrais une personne qui me convienne encore mieux que (.....)

Mais pour que cela fonctionne, et pour reprendre l'expression de brillants instructeurs en développement personne que j'ai renontré récemment "Vous devez participer à votre propre sauvetage!". Vous devez aspirer davantage à vous sentir bien qu'à vous sentir mal. Et même si cela semble évident...ce n'est pas touours le cas, particulièrement quand il s'agit de séparation amoureuse . Nous pouvons être tentés de nous accrocher à notre souffrance...qui nous fait nous sentir unique et spécial(e)...un peu comme un enfant qui serait fier de son bobo! (no offense). Je me souviens enfant après une chute bien douloureuse, m'être demandé si..., en réalité avoir espéré avoir encore un peu mal le lundi en allant à l'école. J'imaginais déjà les regards admiratifs de mes camarades à l'histoire de ma chute (et pour que ça marche il fallait que j'aei encore mal).
L'attachement à la souffrance touche à ce que l'on appelle "les bénéfices secondaires". Concept si je m'abuse, assez important de l'école de Palo alto (groupe interdisicplinaires ayant proposé une théorie originale de l'humain).

Mais avant même de "travailler sur ces croyances" émettre l'intention d'aller mieux, est déjà aidant en soi La pensée "je veux me sentir mieux" crée déjà des effets favorables. Le sujet est complexe et souvent mal compris. J'aurai l'occasion prochainement de d'approfondir ces concepts en conférence.

Mais attention! Cet article n'est pas une invitation à "ne pas ressentir ce que vous ressentez". C'est normal de ressentir toute une palette d'émotions. Vous êtes des humains, pas des robots. Ressentir la tristesse par exemple, est déjà une étape vers un mieux être.

À votre succès!

Frédéric

Je suis coach professionnel et en développement personnel, j'aborde ici avec passion, et parfois avec un peu d'iirrévérence les sujets qui me sont chers. Pour me contacter pour du coaching, utilisez la rubrique contact.

Frédéric ARRON

frederic arron coach perso guadeloupe

  • 97122 BAIE-MAHAULT
  • Guadeloupe
  • Tél. 0690 76 16 15
  • Mentions légales
  • Plan du site