icon_facebook_grey.png

  • liberez heros interieur
  • passiongagnante
  • modeles

Une technique simple pour aller mieux !

images/beverages-150x150.jpg

C'est comme ça, il y a des jours où l'on se sent mieux que d'autres, et on ne peut pas toujours être à 100%. L'approche que je vais vous montrer vous permettra tout de même de vous sentir mieux même quand "ça"ne va pas.
Vous aurez l'effet cocktail mais sans avoir besoin de consommer de l'alcool ou de sucre !
Le piège quand on rencontre une difficulté, ou que l'on a consacré son énergie à atteindre un objectif en vain, c'est de croire que l'on est obligé de continuer à aller mal, tant que l'on aura la difficulté ou tant que l'objectif ne sera pas atteint. Et cela part d'un bon sentiment et a du sens. C'est un peu comme cette scène que l'on voit dans les films ou un groupe d'experts se réunit dans un bureau et leur leader dit "tant qu'on aura pas trouvé de solution, personne ne quittera cette pièce". Alors parfois en effet cela donne des résultats d'avoir cette approche "tout ou rien", mais quand cela dure trop, cela devient contreproductif.

Venons en donc aux faits. Ne vous laissez pas duper par la simplicité de cette approche ! Elle n'en reste pas moins puissante. Cette approche s'intitule "Aller bien par séquence". Il s'agit tout simplement de vous autoriser à vous sentir bien, même au coeur d'un problème dont vous n'avez pas la solution, et même quand tout va mal.

Vous pourriez par exemple vous dire la chose suivante " En ce moment ça ne va pas très bien car je suis préoccupé par....[décrivez la situation problématique]...et il est donc normal que je me sente mal. Néanmoins je peux choisir de me sentir bien sur les 5 minutes qui viennent. Je n'ai pas besoin d'avoir de raison de me sentir bien, et je peux simplement décider de l'être pendant 5 minutes. Je sais qu'après ces 5 minutes mon problème sera toujours existant et j'aurai toute la liberté de me sentir mal si je le souhaite".

Inconsciemment il me semble que tout se passe comme si par moment ça nous rassure d'avoir le droit de nous sentir mal. Vous n'avez jamais vécu ce paradoxe ? Je me souviens enfant d'avoir été grondé juste avant d'aller à l'école et j'étais en larmes sur le chemin. Je me souviens très clairement d'avoir commencé à être inquiet car je risquais d'avoir fini de pleurer avant d'être arrivé à l'école !

Sans doute que dans ma tête d'enfant il y avait un message du type :
"Quoi !!!! Tu vas arriver à l'école sans pleurer ? La maîtresse ne te demandera pas ce que tu as, tes camarades ne feront pas un cercle autour de toi pour te demander ce que tu as, et tu manqueras un prétexte d'attirer l'attention de la plus belle fille de la classe ????!!!!! Pas question mon gars ! Débrouille toi comme tu veux, mais il faut que tu pleures encore au moins cinq bonnes minutes !"

 Mais ce genre d'attitude reste-il cantonné à l'enfance ? Pas si sûr ! Que recherche une personne qui publie par exemple ses malheurs sur facebook ? La reconnaissance, l'attention, le réconfort, l'amour, la connexion ? Sans doute un peu de tout ça, et c'est humain bien sûr. Mais nous devons quand même être attentif au fait que dans une situation problématique nous sommes souvent conditionnés à nous sentir mal. Peut-être que l'enfant en nous se souvient que se sentir mal, est façon efficace de recevoir de l'attention et de l'amour et donc...de se sentir bien !
Hmmm c'est complexe tout ça !
Quoi qu'il en soit, si nous voulons brutalement enlever à notre enfant intérieur le droit de se sentir mal, nous risquons un retour de baton, et il est probable que ça ne marchera pas.

 Il y a autre chose de très puissant dans la formulation précédente..."je sais ...que je pourrai choisir de me sentir mal" c'est lié à ce qu'on appelle "prescrire le symptôme". En me disant que je peux décider de me sentir mal, cela amorce comme un déclic qui fait que je n'ai plus besoin de me sentir ainsi.

Je me souviens d'un séminaire de développement personnel ou j'avais parlé à l'animateur de mon problème d'asthme. Il m'a dit en substance :
"- Frédéric, pourquoi tu ne nous ferais pas une bonne grosse crise d'asthme demain matin vers 9h00 ?"
Je lui ai répondu que je pouvais pas déclencher cela sur commande, et il m'a demandé ce dont j'avais besoin pour avoir une belle crise d'asthme.

Je lui ai répondu que si j'allais nager dans l'eau glacée de la piscine (Pour moi, à moins de 28° une eau est déja froide et on était en Septembre ou Novembre dans la région de Lyon !!!!) que j'allais faire un footing torse nu dans la fraicheur matinale et qu'ensuite je respirais profondément la poussière de la moquette, je devrais pourvoir réussir à avoir une crise d'asthme ! J'imagine que tout ceci doit vous sembler absurde, mais il se passe parfois des choses étranges dans les séminaires de développement personnel (mdr).

Bref ! Comme dit comme fait...sauf que...zéro crise d'asthme, rien, nada ! J'avais beau me shooter à la poussière, et malgré la piscine glacée et le footing matinal, je respirais aussi bien qu'un bébé en pleine sieste ! Etonnant n'est-ce pas ?

Il m'est arrivé de dire à des clients qui par exemple avaient peur de stresser dans une certaine situation "Il est important que tu aies un niveau de stress de 7 ou 8 dans cette situation et après nous en reparlerons". Et curieusement ils ne m'ont jamais reparlé de la situation en question !

Alors les amis si ça ne va pas, AUTORISEZ-VOUS À CONTINUER À VOUS SENTIR  MAL SI VOUS LE SOUHAITEZ, puis autorisez-vous à vous sentir bien pendant 5 minutes ! Vous pouvez vous aider de musique, d'une vidéo, d'un livre, faire du sport, prendre une douche...bref faites ce que vous voulez pour vous sentir bien pendant 5 minutes ! Et ensuite...Sentez-vous comme vous décidez !

À votre succès !

 Prochain article : Le jour où j'ai marché sur le Feu avec Anthony Robbins

PS : Lisez en ligne un extrait de mon dernier "Les meilleures techniques de pensée positive" en suivant ce lien.

Frédéric ARRON

frederic arron coach perso guadeloupe

  • 97122 BAIE-MAHAULT
  • Guadeloupe
  • Tél. 0690 76 16 15
  • Mentions légales
  • Plan du site